les bouledogues francais sont tres sujets a la dermatite atopique

Si malgré un traitement antipuce rigoureux, votre compagnon se gratte, se lèche les pattes ou développe des otites qui récidivent régulièrement, il souffre peut-être d’une dermatite atopique.

Qu’est-ce que la dermatite atopique ?

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire de la peau, similaire à une allergie, qui se caractérise par des démangeaisons importantes et qui est due à une sensibilisation à des antigènes environnementaux (allergènes comme par exemple les pollens ou les acariens). Elle est liée à la génétique du chien, car une forte prédisposition raciale a bien été démontrée. Les races les plus affectées sont notamment : le bouledogue français, le West Highland White terrier, le Setter anglais, l’American Staffordshire bull terrier, le Shar-peï, le Boxer, le Yorkshire terrier, le Labrador retriever. D’autres races peuvent également être affectées. Certains chiens atteints de dermatite atopique souffrent également d’hypersensibilité digestive.

Dans 75% des cas, les premiers symptômes apparaissent entre l’âge de 6 mois et 3 ans. Il existe cependant des formes très précoces (moins de 6 mois d’âge) chez le bouledogue français et West Highland White terrier notamment.

Quels sont les premiers signes de la dermatite atopique ?

Le diagnostic doit toujours se faire par votre vétérinaire. Les signes qui peuvent vous alerter sont les suivants : une otite avec le pavillon ou le pourtour du canal de l’oreille très rouge. Le chien se secoue beaucoup la tête ou se gratte les oreilles. Un autre signe très caractéristique est le léchage ou mordillement frénétique des doigts. Chez les chiens blancs, cela se traduit à la longue par une coloration brun rouille des poils des doigts.

Certains chiens atopiques présentent régulièrement des infections de la peau dues à des bactéries ou à des champignons.

la dermatite atopique provoque des otites

Comment fait-on un diagnostic de dermatite atopique ?

Votre vétérinaire fera le diagnostic en tenant compte de plusieurs éléments : la répartition des lésions cutanées, les symptômes, l’âge et la race de votre chien ainsi que la réponse aux traitements qu’il aura instaurés. Il faudra également, pour être sûr du diagnostic, qu’il élimine d’abord toutes les maladies liées aux parasites (traitement anti-puce et contre la gale), ainsi qu’aux bactéries et champignons. Tout cela peut prendre un peu de temps, mais cela reste le seul moyen d‘identifier correctement la maladie dont souffre votre chien.

Les tests allergologiques seuls ne sont pas suffisants pour faire le diagnostic, mais sont surtout utiles pour choisir les allergènes qu’on inclura dans les injections de désensibilisation.

Quels sont les tests allergologiques disponibles ?

Il existe deux sortes de tests :
  ■ Les injections intradermiques : elles consistent à injecter une petite quantité d’allergènes dans la peau et d’observer ensuite le développement ou non d’un bouton rouge à l’endroit d’injection au bout de 10 à 20 minutes.
  ■ Le dosage d’IgE (immunoglobulines) dans le sang.

Existe-t-il des tests pour les allergies alimentaires ?

Non, il n’existe aucun test fiable permettant de diagnostiquer une allergie alimentaire.

Comment traite-t-on la dermatite atopique ?

Comme il s’agit d’une maladie chronique, on ne parlera pas de guérison, mais de gestion des crises (sauf s’il s’agit d’une allergie purement alimentaire). Votre chien ne peut pas guérir de la dermatite atopique, le but du traitement étant de lui permettre de vivre une vie avec le moins de symptômes et de crises possibles.

Le traitement est complexe et aura plus de chances de réussir si vous vous faites suivre régulièrement par votre vétérinaire.

En résumé, il faudra :
  ■ éliminer des allergènes dans l’environnement lorsque cela est possible
  ■ rétablir une tolérance du corps vis-à-vis des allergènes (désensibilisation)
  ■ gérer les surinfections et les démangeaisons (antibiotiques, médicaments antiprurigéneux)
  ■ éliminer les parasites (traitement antipuce et gale)
  ■ rétablir des barrières cutanées saines (shampoings)

La désensibilisation est-elle efficace ?

Oui, la désensibilisation est efficace. Il faut attendre 6 à 12 mois avant de juger de l’efficacité du traitement. Elle améliore souvent significativement les symptômes, même si la guérison est rarement atteinte.

Quels sont les médicaments disponibles pour combattre les démangeaisons ?

Les corticoïdes

Comportant malheureusement de nombreux effets secondaires (prise de boisson augmentée, infections, modification de la peau et du pelage, atrophie musculaire pour en citer quelques-uns) lorsqu’ils sont utilisés à long terme, ils sont surtout utiles pour gérer les crises sur de courtes durées. Ils présentent l’avantage d’être très peu couteux.

Les antihistaminiques

Ils sont efficaces dans 25-40% des cas, surtout pour espacer les crises. Ils comportent peu ou pas d’effets secondaires (somnolence).

Les inhibiteurs des Janus kinases (JAK)

Disponibles depuis environ 2 ans, et administrés sous forme de comprimés, ils peuvent être utilisés à long terme car comportent très peu d’effets secondaires. Ce sont des molécules qui bloquent certains récepteurs (JAK) au niveau des membranes cellulaires, responsables de la transmission du message provoquant la perception des démangeaisons par le cerveau. Ils sont beaucoup plus onéreux que les corticoïdes.

Les anticorps monoclonaux

Les démangeaisons que ressent votre chien sont provoquées par la fixation d’une protéine nommée IL-31 sur un récepteur de la membrane cellulaire. Une fois fixée, un message est transmis au cerveau, provoquant la fameuse sensation de démangeaison.

Un nouveau traitement injectable contient des anticorps monoclonaux spécifiques, issues de nombreuses années de recherche, agissant comme de véritables aspirateurs d’IL-31, empêchant cette dernière de se fixer sur les récepteurs. L’injection commence à faire effet en quelques heures et a une durée d’efficacité moyenne de 4 semaines, même parfois jusqu’à 8 semaines chez certains chiens. Puisqu’il contient des anticorps semblables aux anticorps naturels, l’injection ne comporte aucune contre-indication et peut être utilisé même en présence d’une maladie concomitante et de médicaments divers.

Mon chien est allergique aux acariens, pourquoi doit-on essayer un régime hypoallergénique ?

Votre chien est atopique, donc prédisposé à développer de nombreuses allergies. Environ 30 % des chiens atteints de dermatite atopique peuvent voir leurs symptômes significativement améliorés par un régime hypoallergénique, car de nombreux chiens souffrent d’allergies multiples. Il est utile de savoir si une désensibilisation, qui représente un traitement assez long, peut être évitée grâce à un régime hypoallergénique.

Comment puis-je prévenir les crises ?

Des mesures assez simples permettent d’espacer ou d’éviter un maximum les crises :
  ■ traitement antipuces mensuel,
  ■ alimentation hypoallergénique
  ■ nettoyages auriculaires non-irritants
  ■ shampooings, sprays, mousses ou pipettes hydratantes bihebdomadaires ou hebdomadaires
  ■ sprays ou lotions anti-inflammatoires et émollients sur les parties du corps les plus souvent atteintes en prévention

Mon chien devra-t-il être traité à vie ?

Oui, la dermatite atopique ne se guérit malheureusement pas. Il devra donc suivre un ou plusieurs traitements toute sa vie.

Partagez cet article

Consultations sur RDV

Lundi - Vendredi : 8h45 - 12h et 14h - 19h
Samedi : 8h45 - 12h et 14h - 17h

Urgences

Dimanche, nuits et jours fériés

Contact

Téléphone

05 59 29 96 06

Adresse

27 Avenue d’Espagne
64250 CAMBO-LES-BAINS